A Hideo Kojima Game
 

Hideo Kojima
 

"70% de mon existence est composée de films. Il vous appartient de décider quoi faire des 30% restants."

- Metal Gear Solid
 Peace Walker -

 
ACTUALITES



Aimgehess
[Màj] 

Metal Gear Solid est La-li-lu-le-lo !

05/01/2016 à 16:00 par sheen
Il est bien difficile de lister les censures ou les modifications qui ont touché les différents épisodes de la saga Metal Gear (Solid). Aujourd'hui, grâce à de nombreuses recherches et de nouvelles heures au conteur sur les différents jeux, je vous propose une nouvelle mise à jour de l'article. Bonne lecture à tous !

Mise à jour : Metal Gear Solid V : The Phantom Pain

Snake et Srangelove dans MGS Peace Walker Torture

Depuis la sortie de Metal Gear Solid V : The Phantom Pain, la saga des Metal Gear n’a été que peu touchée par de grosses censures répréhensibles. Les principales amputations que connaît la série sont très souvent méconnues, puisqu’elles résultent généralement d’une imagination trop débordante, le temps limité de développement ne permettant pas à l’équipe de Kojima Productions, surchargée de boulot, de tout réaliser. Et c’est sans compter les limites techniques(1) qui poussent parfois Hideo Kojima à garder une scène pour un épisode futur.


Demandez le programme !
Metal Gear
Metal Gear Solid
Metal Gear Solid 2 :
Sons of Liberty
Metal Gear Solid 3 :
Snake Eater
Metal Gear Solid 4 :
Guns of the Patriots
Metal Gear Solid :
Peace Walker
Metal Gear Rising :
Revengeance
Metal Gear Solid V :
Ground Zeroes
Metal Gear Solid V :
The Phantom Pain


Metal Gear

Le premier changement que l'on retrouve dans la série se trouve dans le portage NES de Metal Gear sorti sur MSX2 à peine trois mois plus tôt. Il ne s'agit pas vraiment de censure à proprement parler, bien que l'équipe de Masahiro Ueno, l'un des responsables programmeurs, était confrontée à des limitations techniques. En effet, la console de Nintendo étant incapable de gérer les mouvements du Metal Gear, l'équipe de Masahiro Ueno s'est vue dans l'obligation de remplacer le boss final par un simple ordinateur. Un boss risible pour Hideo Kojima qui préfère ne plus entendre parler de ce portage « pitoyable développée à moindre coût par une petite équipe à Tokyo... » expliquait-il en juin 2011.


Deux exemples parmi les nombreuses modifications apportées à Metal Gear sur Nes.
Ici, le début du jeu et sa fin contre Metal Gear...



Metal Gear Solid

Sur l’île de Shadow Moses, toile de fond de Metal Gear Solid, il est difficile de passer à côté de la censure que subit le geôlier burlesque de Meryl. Notre pauvre Johnny Sasaki(2), car il s’agit bien de lui, est dévêtu et inconscient. Sa position plus que douteuse, mais qui va le rendre célèbre, donne toute son utilité à la mosaïque(3) qui lui sert, ici, de tenue d’Adam. Une censure assumée qui penche assurément du côté de l’humour. Au Japon, en revanche, Johnny Sasaki porte encore son caleçon bleu.(4)

Johnny Sasaki nu et en caleçon
Saviez-vous qu’il est possible de contourner la mosaïque,
en se creusant les méninges?


L'Autre point qui sépare la version japonaise et la version occidentale de Metal Gear Solid concerne les citations de Mei Ling. Ce n’est pas une amputation à proprement parler, mais si dans la version japonaise, Mei Ling cite uniquement des auteurs orientaux, dans la version occidentale, des auteurs occidentaux ont été ajoutés sous le contrôle de Hideo Kojima et du traducteur du jeu, Jeremy Blaustein.

Enfin, l'une des scènes les plus marquantes de Metal Gear Solid était probablement pensée différemment à celle que l'on connaît aujourd'hui. Je parle bien évidemment de l'adieu poignant de Sniper Wolf. Souvenez-vous. Après avoir porté le dernier coup fatal, Solid Snake cache par respect le visage de Sniper Wolf dans son mouchoir « parce qu'il n'a plus de larme à verser ». En trifouillant dans le CD du jeu, on constate que la texture du visage de Sniper Wolf a bel et bien été travaillée. Une texture qu'on ne verra pourtant jamais dans la version finale du jeu. Et c'est bien mieux ainsi !

Texture inédite de Sniper Wolf

La mort de Sniper Wolf, une scène mythique de Metal Gear Solid.
Merci à Rushsnake pour les textures.




Metal Gear Solid 2 : Sons of Liberty

Sorti il y a bientôt quatorze ans, Metal Gear Solid 2 : Sons of Liberty est bel et bien le premier épisode à avoir été lourdement censuré, et ce bien malgré lui ! Prévue pour le 14 novembre aux États-Unis, la sortie du titre tombe on ne peut plus mal. Les événements du 11 septembre sont dans toutes les têtes. Et comme beaucoup de développeurs à cette époque, Kojima Productions se voit contraint d’amputer en toute dernière minute, certaines scènes finales(5) du jeu qui se déroulent au cœur même de Manhattan. S’il n’y a aucune incidence sur le scénario, la transition entre les deux cinématiques, qui précèdent le combat entre Raiden et Solidus, donne pourtant un arrière-goût amer dont les fans ne se délesteront jamais, même une décennie après(6).

Il aura fallu attendre sept années pour que les fans puissent enfin découvrir cette partie du scénario initial en images, grâce aux dessins d’Ashley Wood numérisés dans Metal Gear Solid 2 Bande Dessinée.


Scène issue de Metal Gear Solid 2 Bande Dessinée (Dessins d'Ashley Wood)

Le nom même de Raiden a également été censuré dans la version japonaise, quelques semaines avant la sortie du jeu. Au départ, Raiden était écrit en katakana (ライデン) jusqu’au 11 septembre. Mais depuis lors, Kojima Productions a décidé de l’écrire en kanji (雷電). En fait, Raiden (ライデン) est devenu Raiden (雷電) parce que l’histoire de Metal Gear Solid 2 : Sons of Liberty avait des similitudes avec celle du 11 septembre, et certaines personnes disaient que le nom "Raiden" leur rappelait visuellement "Ben Laden", même si les deux noms se prononcent différemment.  En effet, Laden s’écrit "ラーディン" presque comme Raiden en katakana ! C’est la raison pour laquelle Kojima Productions a décidé de modifier le nom de Raiden !
Artwork Raiden par Yoji Shinkawa Metal Gear Solid 2

11 septembre toujours, Kojima Productions a dû également couper deux dialogues de Metal Gear Solid 2. Le premier concerne Vamp et Raiden : « Et le public croyait chaque mot, faisant la sourde oreille à tout ce que nous pouvions contredire, dit Vamp. Notre seul but est de les effacer de la surface de la terre et de détruire ce monde d’imposture qu’ils ont créé avec eux. » « Vous êtes fou! », lui répond Raiden.

Le second touche la fin du jeu, lorsque Ocelot/Liquid va monter dans le Metal Gear Ray, sur l’Arsenal Gear. « Il est temps de se dire au revoir », dit Liquid en appuyant sur un interrupteur de Ray. «Que fais-tu? » lui crie Solid Snake. « J’ai activé le programme de navigation de l’Arsenal Gear. Sa course va se terminer tout droit dans Manhattan ». «Tu prévois de détruire cette chose dans New York City !? » s’exclame Raiden. « Ça va être une véritable catastrophe... » continue Solid Snake. « Un désastre ? Oui, ça sonne bien à tout ça. »

Ocelot, Solidus et Solid Snake dans Metal Gear Solid 2

Le cas de Metal Gear Solid 2 ne s’arrête pas là, puisque une autre scène marquante a bien failli connaître une "censure" controversée au sein même de Kojima Productions. Si Hideo ne s’était pas obstiné sur ses propres positions, nous n’aurions jamais vu le sang d’Emma sur les vêtements d’Otacon, symbole de la violence dont Emma est victime.

En revanche, le sang de l'équipage du Tanker Discovery, au début de Metal Gear Solid 2, a été effacé dans certains cas ! Dans la démo jouable offerte avec le premier Zone of the Enders, certains membres de l'équipage ont visiblement connu une mort sanglante. Je soulignerais deux cas, un homme sur le pont et un autre dans les quartiers de l'équipage. Si tous deux ont la gorge bien tranchée dans la démo, ce n'est plus du tout le cas dans la version finale de Metal Gear Solid 2. Une violence probablement trop marquée pour Kojima Productions.

Censure Metal Gear Solid 2 Tanker Discovery
Tanker Discovery - Le Pont.
À gauche la démo de MGS2, à droite la version définitive de Metal Gear Solid 2.

Censure Metal Gear Solid 2 Tanker Discovery
Tanker Discovery - Les Quartiers de l'équipage.
À gauche la démo de MGS2, à droite la version définitive de Metal Gear Solid 2.


La fin même de Metal Gear Solid 2 aurait été encore bien plus violente, si Kojima Productions n’avait pas modifié la mort de Solidus Snake pour des raisons officiellement plus "modernes". Au départ, pour battre Solidus, Raiden devait lui trancher la colonne vertébrale pour l’immobiliser. Puis, notre héros devait lui couper les deux tentacules pour le désarmer. Enfin, Solidus, à genoux, aurait été décapité par la lame de Raiden. Une fin sanglante digne des Samouraïs que Hideo Kojima a préféré abandonner pour une version plus moderne et moins sanglante que nous connaissons aujourd’hui.
Solidus Snake fin alternative Shinkawa
Plus léger cette fois, pendant et après la séance de torture, Raiden est complètement nu. Les cinématiques prêtent à sourire, puisque à tout moment un élément cache les parties génitales de Raiden(7), et souvent de manière amusante...

De nombreuses années plus tard, Hideo Kojima expliqua que, initialement, il était prévu que les parties intimes de Raiden soient visibles durant les combats dans l'Arsenal Gear. Tout devait dépendre de la façon dont le joueur le contrôlait. Cependant, ceci devait aboutir à un game over inévitable. Pour des raisons évidentes, cette idée a finalement été abandonnée.

Raiden nu torture dans Metal Gear Solid 2
Il n'y a pourtant pas grand chose à cacher...(7)



Metal Gear Solid 3 : Snake Eater

Metal Gear Solid 3 : Snake Eater a également connu ce même type de problème au sein de Kojima Productions. Cette fois, c’était le cadavre 3D de Granin(8) qui était au centre des préoccupations. Très effrayant, son corps ressemblait beaucoup trop à un zombie. Impossible pour Yoji Shinkawa de modifier son apparence en jouant avec les lumières. Kojima Productions s’est vu obligé de le retravailler.

Granin mort Metal gear Solid 3

Quand on associe les mots "censure" et "Metal Gear Solid 3", on pense inévitablement au décolleté très plongeant d’Eva. Et bien sachez que si la censure avait frappé la jeune demoiselle, si Eva n’avait pas ouvert sa combinaison, elle aurait été un personnage complètement inutile d’après Hideo Kojima. Par ailleurs, lorsqu'Eva essaye de tuer Volgin dans le hangar du Shagohod, les dialogues sont différents dans les versions japonaise et occidentale. Si elle est plus 'polie' en anglais en lui criant « Go to hell !! », en japonais en revanche, elle lui dit carrément « Vas te faire mettre !! »

Eva et Sanke dans Metal Gear Solid 3
T'as de beaux yeux tu sais...

Enfin, la séance de torture avec Volgin et Snake a été raccourcie en raison de l’actualité de l’époque. Au départ, Hideo Kojima voulait que le joueur réponde à des questions de Volgin. Les réponses avaient une incidence sur la vie de Snake. Mais cette partie a été finalement coupée, en raison des événements en Irak, qui se déroulaient à ce moment-là. 

Snake torture par Volig dans Metal Gear Solid 3



Metal Gear Solid 4 : Guns Of The Patriots

Avec Metal Gear Solid 4 : Guns of the Patriots, Hideo Kojima et son équipe avaient une plus grande liberté, les PMC(9) n'étant pas (encore?) une réalité. Cependant, l'approche du Moyen Orient a été soigneusement traitée. Plusieurs fois, Kojima Productions soulignait vouloir à tout prix éviter de présenter tous les habitants de cette région comme des terroristes. Si aucune scène n'a été censurée dans MGS4, précise Ryan Payton (ndla: on en a pourtant trouvé une !), ce quatrième épisode accueille pour la première fois dans la série, le mot "fuck" dans les dialogues anglais. La série fêtait déjà ses 21 ans...

L’une des grandes stars de ce quatrième épisode est sans aucun doute l’unité The Beauty and The Beast. Au départ, Hideo Kojima désirait voir les femmes fatales complètement nues dans le jeu, et distinguer de la Bête la Beauté pure qui l’habite. Une idée qui, finalement, laissa sa place à des habits épousant parfaitement les corps des demoiselles, évitant ainsi de froisser la critique. « Honnêtement, nous avons demandé aux actrices de faire de la motion capture dans le plus simple appareil, mais bien sûr, nous ne pouvions pas utiliser ces séquences telles quelles dans le jeu. » raconta Yoji Shinkawa.

Screaming Beauty dans Metal Gear Solid 4

Après les Belles, les Bêtes ne sont pas en reste. Leur première apparition date de la Game Convention 2007, avec un trailer qui nous présentait les quatre Boss et leur efficacité redoutable sur le terrain. Cependant la cinématique de la GC 2007 est quelque peu différente de la version finale que l'on retrouve dans Metal Gear Solid 4. Le trailer dévoile une Raging Raven bien plus violente! Lorsqu'elle fonce en rase mote dans la ruelle, on voit très clairement qu'elle découpe en deux morceaux trois rebelles qui s'enfuyaient. Une scène coupée au montage dans la version définitive. En effet, si l'on voit toujours Raging Raven foncer tête baissée vers ses victimes, un nouveau plan remplace la scène violente. Centré sur Snake, la nouvelle scène montre un des rebelles s'effondrer en avant-plan. Quand aux plans larges, les corps découpés ont logiquement disparu dans la version définitive.

Game Convention 2007
Metal Gear Solid 4 (2008)
The Beauty and the Beast unit censure MGS4
A gauche, les trois rebelles sont coupés en deux. A droite, le plan fixe Snake...
The Beauty and the Beast unit censure MGS4
Les cadavres des rebelles découpés ont disparu dans MGS4 (à droite)
The Beauty and the Beast unit censure MGS4
A droite, la rue est plus vide, logique donc d'agrandir l'ombre des bâtiments...



Metal Gear Solid : Peace Walker

Quelques semaines avant la sortie de Metal Gear Solid: Peace Walker, Hideo Kojima frappait une nouvelle fois du poing sur la table, en raison d’une censure devenue  malheureusement indispensable pour le titre japonais. « Il y a une tolérance pour les jeux de fiction » expliqua Kojima mécontent. « Mais pour les jeux qui montrent la guerre ou la violence réelle entre les gens, apparemment vous ne pouvez pas vous plaindre. Avec ce comportement, il semble impossible de communiquer des choses au travers des jeux. » Car il manque quelque chose dans la version japonaise, explique Hideo Kojima. Une "certaine scène" a été modifiée, un élément standard qui est "absolument nécessaire pour Metal Gear Solid". Quelque chose qui ne pouvait pas se trouver dans un jeu classé C (15 ans et plus). Or, si Kojima Productions a choisi la PSP pour Metal Gear Solid: Peace Walker c'est bien pour toucher les jeunes joueurs qui jouent beaucoup sur la console portable de Sony au Japon. Cette censure est probablement l’une des raisons qui poussa Kojima Productions à retarder d’un mois la date de sortie du titre.

Depuis lors, il est difficile de savoir quelle est cette fameuse scène qui a été censurée. Kojima Productions n’a jamais vraiment apporté de précision à ce sujet. Pourtant, les différences existent bel et bien entre la version japonaise et la version occidentale. Tout particulièrement pendant la séance de torture de Snake, une scène type devenue récurrente dans tous les épisodes de la saga...


L’arme électrique de Strangelove devient une arme qui fait rire dans la version japonaise

Comme dans Metal Gear Solid 3, Peace Walker propose de jouer torse nu, comme Rambo. En ce qui concerne les soldats masculins, l'uniforme nu consiste tout simplement à ce que le torse soit dénudé. Malheureusement pour tous les joueurs coquins, cela ne se passe pas de la même manière pour les femmes. Dans la version finale de Metal Gear Solid: Peace Walker, les femmes soldats portent un débardeur. Mais l’artiste Yutaka Negishi avoue que le design original en dévoilait davantage qu'aujourd'hui. Et à en croire l'artwork de Yoji Shinkawa, nous n'allons pas lui donner tort. Mais pour des raisons évidentes, le design a été changé dans la version finale du jeu.

Soldat féminin nue dans Peace Walker



Metal Gear Rising : Revengeance

La version occidentale et japonaise de Metal Gear Rising : Revengeance ne partagent pas la même la couleur du sang des personnages androïdes. Alors que dans la version occidentale, le sang est rouge, la version japonaise préfère la couleur blanche. Mais cela n’a pas toujours été le cas !

Dans un premier temps, il est plus logique de penser que la couleur du sang de Raiden et des ennemis androïdes soit blanc. En effet, dans Metal Gear Solid 4, le sang de Raiden était blanc lui aussi. Mais, côté scénario, son sang était, comme l’expliquait Naomi Hunter, du vieux sang artificiel utilisé par l'armée. Et même si l'histoire de Metal Gear Rising : Revengeance se déroule quatre petites années après les événements de Guns of the Patriots, Raiden a pourtant le sang rouge aujourd’hui, comme nous le montraient les premiers trailers, qu’ils soient japonais ou occidentaux. Pourtant, lors de la sortie de Metal Gear Rising : Revengeance au Japon, le sang est redevenu de couleur blanche.

Japon
Occident
La censure dans Metal Gear Solid La censure dans Metal Gear Solid
La censure dans Metal Gear Solid La censure dans Metal Gear Solid
La censure dans Metal Gear Solid La censure dans Metal Gear Solid



Metal Gear Solid V : Ground Zeroes

La fin de Metal Gear Solid V : Ground Zeroes, le prologue de The Phantom Pain, n’est pas vraiment passée inaperçue lors de la sortie du jeu. Alors que Snake vient tout juste de finir sa mission de sauvetage, il découvre que Paz cache grossièrement une bombe à l’intérieur de son ventre. Sans tarder, une opération s’engage sans aucune anesthésie sur la jeune fille déjà très mal en point. La scène se veut très réaliste et ne lésine pas sur les détails.

Lors de son passage à Paris pour la sortie du jeu en mars 2014, j’ai eu l’occasion de demander à Hideo Kojima comment son équipe avait-elle réagi quand elle eu pris connaissance de cette horrible scène avec Paz à la fin de Metal Gear Solid V : Ground Zeroes sachant que le sang d'Emma sur les vêtements d'Otacon avait déjà posé problème il y a quatorze ans dans Metal Gear Solid 2.



« Comme vous vous en doutez, ils étaient tous totalement opposés à cette idée » m’explique Hideo Kojima. « Mais c’était une scène extrêmement importante pour moi car c’est elle qui va justifier la métamorphose de Snake et qui va faire de Metal Gear Solid V un épisode aussi dramatique. Évidemment, il fallait que cette scène cruelle soit imposée au joueur pour qu’il comprenne d’un point de vue narratif les émotions de Snake. »

« Dans Metal Gear Solid V, on utilise la Motion Capture et la Facial Capture » continue Hideo Kojima. « Pour le Japon, on a également doublé les passages. Et il y a une anecdote à ce propos. Lorsqu’on a doublé cette fameuse scène de torture, l’équipe était tellement perturbée par cette scène, qu’elle aussi se mettait à pleurer. Ça n’a pas été facile de tourner cette scène. On a été obligé de faire des pauses régulièrement, parce qu’on arrivait pas à la doubler de façon continue. Ils étaient si imprégnés par ces émotions qu’eux aussi étaient vraiment gênés par tout ça.

Pour le Japon, on a été obligé de relevé la caméra pour éviter de montrer cette fameuse scène qui est un peu perturbante. Donc la version japonaise est un tout petit peu censurée. »

Metal Gear Solid V : Ground Zeroes - Hideo Kojima nous raconte le doublage de la scène de Paz
Petit dessin réalisé par mes soins et offert à Hideo Kojima.




Metal Gear Solid V : The Phantom Pain

À l'instar de Ground Zeroes, la version japonaise de Metal Gear Solid V : The Phantom Pain a été censurée par rapport à la version occidentale du jeu. La séquence qui a été modifiée concerne une nouvelle fois Paz et sa blessure qui dissimulait une bombe. Moins détaillée, la cinématique japonaise propose quelques modifications d'angles de vue afin de rendre la scène beaucoup moins crue que la version occidentale.




Notons que la scène de torture de Quiet est la même, quelle que soit la version du jeu. Si l'arme utilisée est identique à celle de Peace Walker, elle ne semble plus faire rire sa victime dans la cinématique japonaise dans The Phantom Pain. Cela s'explique probablement par l'âge recommandé sur la jaquette du jeu. Pour Peace Walker, le CERO indiquait un « D » pour 15 ans et plus, alors que The Phantom Pain recommande un « D » pour 17 ans et plus.

La censure dans Metal Gear Solid


Le cas du Battle Gear n'est pas véritablement une censure. Régulièrement mis en avant lors de cinématiques, la construction du Battle Gear n'aboutira pas à l'idée que Hideo Kojima avait initialement prévue pour le jeu. « Le Battle Gear créé par Emmerich sert pour les missions de déploiement de combat, mais pour être franc, je comptais à l'origine le rendre disponible directement sur le terrain » explique Hideo Kojima. « J'ai toutefois constaté lors de sessions de test que sa présence perturbait l'équilibre du gameplay, donc j'ai finalement décidé de le retirer du jeu principal. » (Extrait du guide officiel de Metal Gear Solid V : The Phantom Pain chez Piggyback)

La censure dans Metal Gear Solid


Enfin, comment ne pas conclure ce chapitre par la fameuse mission 51 « Le Royaume des Mouches » qui n'a pu être incluse dans la version finale de Metal Gear Solid V : The Phantom Pain. Cet épisode fantôme devait relater la course entre Venom Snake et les troupes XOF pour retrouver le Metal Gear Sahelanthropus et récupérer la souche anglaise du parasite des cordes vocales de Eli, sur une île au milieu d'un lac salé en Afrique centrale.

Selon Nojima, l'auteur du roman de Metal Gear Solid V, Konami souhait sortir cette mission sous forme de DLC : « Je pense que la suppression de l'épisode "Le Royaume des Mouches" n'influence pas vraiment l'histoire principale. Si ce chapitre avait été gardé, il aurait été lui-même un long segment du jeu. Et si on regarde l'histoire de "V" dans son ensemble, l'ajout du "Royaume des Mouches" aurait perturbé l'équilibre de la structure narrative de "V". À moins d'en faire une histoire séparée. D'ailleurs, je pense personnellement qu'ils voulaient sortir cet épisode plus tard, sous la forme d'un DLC. »

Il est difficile de savoir exactement quel était le degré de finalisation de cette mission. La vidéo qui lui est consacrée parle de 30% pour les cinématiques. S'il ne s'agit pas vraiment de censure à proprement parler, la mission 51 reste l'un des plus grands dommages collatéraux et douloureux du divorce entre Hideo Kojima et Konami...




Notes

(Titre) La-Li-Lu-Le-Lo est une censure appliqué par les nanomachines dans le sang de Raiden. Ainsi, il n'entend pas le mot "patriotes". Dans la saga Metal Gear Solid, 'Les Patriotes' sont une organisation mystérieuse, puissante et secrète. Elle gouverne les USA et le monde dans le plus grand secret. Les élus et le président américains ne sont que des pantins. Ils tiennent les rênes et maintiennent un semblant de démocratie. Les Patriotes sont notre pensée et notre mode de fonctionnement. En quelque sorte, ils sont un inconscient collectif universel.

Saviez-vous que Lah Li Loo Le Lo est la base phonétique de la langue Japonaise ? 45 des 48 syllabes suivent ces sons : Ra ri, Sa shi, Ma mi etc.


La-li-lu-le-lo

(1) Un exemple parmi tant d’autres. Celui-ci concerne Metal Gear Solid 2. « Quand la PlayStation 2 est sortie, il y avait quelque chose que je voulais faire mais que je ne pouvais faire, expliqua Hideo Kojima. Au lieu d'avoir juste Ocelot contre Snake ou Ocelot contre Raiden, deux uniques personnages à l'écran, je voulais que leur combat se déroule au milieu d'une bataille entre deux armées où vous auriez vu 2000 soldats se battre. Cela était tout simplement impossible avec la PS2. »

(2) Johnny Sasaki est un personnage burlesque récurent dans la série. Très maladroit et souvent sujet à des problèmes gastriques, Johnny doit son nom « Sasaki » à Hideki Sasaki, character model designer chez Kojima Productions, qui n’hésitait pas à mettre son bureau en désordre pour faire croire qu’il était très occupé.

Hideki Sasaki character model designer chez Kojima Productions

(3) Lorsque un soldat génome se rendait aux toilettes, une mosaïque empêchait également de satisfaire les voyeurs.

Soldat Génome aux toilettes

(4) Mais que se passe-t-il réellement entre Meryl et Johnny Sasaki lorsque ce dernier est dépouillé de ses vêtements ? Réponse en vidéo...



(5) Au départ, l’affrontement entre Raiden et Solidus devait se dérouler en deux temps. D’abord, une course effrénée en bateau devait se jouer entre les deux hommes avant de se terminer par un duel dans Wall Street !

(6) Le DVD The Document of Metal Gear Solid 2 permet, entre autres, de parcourir les différents décors 3D de Metal Gear Solid 2. La destruction de Manhattan par l’Arsenal Gear fait partie de l’un d’entre eux. Le seul moyen pour les fans de se faire une petite idée des cinématiques manquantes.
  

Arsenal Gear sur Manhattan dans The Document of Metal Gear Solid 2

(7) Dans l'Arsenal Gear notre cher Raiden, tout nu, a effectivement une raison de se cacher...  

Raiden completement nu dans l'Arsenal Gear Metal Gear Solid 2

(8) Aleksandr Lenovitch Granin est le créateur du concept Metal Gear. Le personnage étant très porté sur l’alcool, Takashi Kubo (le comédien de la Motion Capture du personnage) a insisté pour travailler avec une véritable bouteille de whisky à la main. Résultat, fiasco ! Le comédien n’était plus capable que de réciter une partie de ses répliques, dans un studio qui puait l’alcool. 

(9) Dans Metal Gear Solid 4, les PMCs (Private Military Company) sont des sociétés militaires privées animées par le profit. En plus d'envoyer des mercenaires en zones de guerre, ces entreprises privées procurent des armes et forment des soldats locaux. N'importe quel pays, qu'il soit grand ou petit, avec ou sans armée, rebelles soif de pouvoir ou groupements terroristes, tous peuvent s'octroyer les services des PMCs, à la condition essentielle de les financer.


15 Tags




60 Commentaires
azertyxpp azertyxpp
12/01/2016 � 12:43
@ Sheen,

Que pense tu de cette hypothétique censure que je ressens ? C'est un ressenti personnel (je pense partagé par beaucoup), et je pense que ça peut amener à un développement très intéressant et pourquoi pas même un article très intéressant et documenté comme tu sais le faire.

C'est une question qui peut être développée indépendamment du la qualité du jeu l'un n'empêche pas l'autre, même si cela une grosse déception aussi.

Tu maîtrise mieux le sujet que moi je pense tu es une véritable encyclopédie MGS ^^. Donc je pense que juste si je te parle du projet Ogre et comment il était présenté tu es à même que constaster le faussé entre ce que propose le jeu final 5 ans après. Il en va de même pour la com avec divers communiqué de Kojima à propos de TPP et non plus le mystérieux projet Ogre pour l'époque. Le contexte des trailer aussi qui promettait quelque chose de bien plus sombre et torturé.

Voilà, je ne cherche pas à brandir une vérité universelle vu que c'est du ressenti, mais je pense que c'est un sujet très intéressant à développer, on a parle jamais sérieusement, pourtant on sent que c'est la.

Merci d'avance pour ta réponse ^-^".
N@rn@r N@rn@r
11/01/2016 � 23:40
@Springgan

Mais qu'est-ce que tu racontes? Non sérieusement je comprends rien à ce que tu dis, tu pars dans tous les sens...

Tu veux déterminer de manière "objective" si MGSV est un bon jeu ou pas? Mais en faite non car bon ou pas c'est subjectif? Donc tu veux déterminé si MGSV est un jeu complet? car c'est plus objectif? ça n'a aucun sens ><...

Non parce que si tu vas sur ce chemin on peut rien dire de manière objective à part le cogito ergo sum le reste est soumis à la subjectivité de chacun.

Car si on va dans ce sens il faut décrire ce que c'est un jeu complet... Et ça c'est relatif aussi... Perso si tu me sors un jeu non fini comme MGSV tous les ans je suis au anges...

Bref il y en a marre des gens qui disent c'est un jeu incomplet... c'est un jeu complet, il est sorti sur le marché, il n'y aura jamais de version plus complète, même si c'est pas la version imaginé au départ, c'est la version la plus complète de MGSV qu'on aura, et c'est à partir de ça qu'il faut le juger... Après on aime ou pas, perso j'aime visiblement tu aimes pas, je suis pas tout seul tu es pas tout seul....C'est pas gave... Mais j'en ai marre de voir des gens s'imaginer un MGS dans leur tête et juger MGSV par rapport à sa ressemblance avec ce MGS fantasmé....
sheen sheen
11/01/2016 � 23:16
Administrateur
@Springgan : J'ai exprimé ce que j'avais à dire. Je ne sais pas le dire autrement. Je m'arrête-là.
Springgan Springgan
11/01/2016 � 22:14
@ Sheen

Prendre un bout de citation hors contexte pour me faire dire ce que je n'ai pas dit à propos d'un autre sujet n'est pas très professionnelle. Primo je mets au défi quiconque pouvant citer un de mes messages dans lequel je critique clairement le goût des autres. Comme je l'ai déjà dit "Je ne juges pas les goûts et les couleurs. Je juges ce qui, pour moi, contribue à alimenter des contre-vérités, des choses qui alimentent inutilement les passions et n'apporte rien à la recherche de la vérité. Et donc si quelqu'un justifie ses goûts et ses couleurs par le biais de contre-vérités, il se va de soi qu'il devra accepter la critique". Mais bon comprendra qui veut comprendre. Ensuite je ne comprends pas trop la logique du "Et si patati patata ...". Nombre de joueurs, moi y compris, ont joués au jeu en mode No connected/ No Spoiler et ont finis sans à priori, sans le "il n'est pas fini" à chaque instant au bout de la manette. La preuve, je n'ai jamais dit que le Chapitre 1 était incomplet. J'ai su l'existence de la mission 51 après avoir terminé le jeu et avoir développé mon avis dessus. Idem pour l'existence du Chapitre 3. Les évènements internes à Konami restant entre les 4 murs de leur QG, on juge sur le moment une oeuvre par rapport à ce qu'elle offre, par ce qu'elle a à l'intérieur, pas par ce qu'elle aurait dû être car ça c'est après avoir fini le jeu (la preuve par ton article ci-dessus). Kojima nous ayant sur-vendu sa dernière production, il est normal pour un joueur ayant fait toute la saga de juger un produit (et là j'insiste sur le terme) par la pub qu'on en a fait (surtout venant de son créateur lui-même) et de constater si oui ou non les promesses ont été tenues (encore faut-il prendre en croire aux promesses de Kojima).

Donc partir du principe qu'une oeuvre peut qualitativement devenir meilleur par l'opération du saint-esprit est grotesque car si elle n'a rien à offrir de base, si elle n'a pas rempli ses propres critères lors de sa création, pourquoi chercher une lumière qui n'existe pas. Si seulement MGSV était une oeuvre COMPLETE et incomprise une fois le jeu terminée à la manière de MGS2, j'aurais dit "OK, ça vaut le coût de se pencher sur la question" si et seulement si tous les éléments imaginés par son créateur étaient présente dans l'oeuvre non tronquée. Or comme j'ai listé dans un de mes précédents messages, les éléments manquants qu'on peut facilement déceler lors d'un premier run (et ce sans aucun à priori du "le jeu n'est pas fini") viennent indubitable semer le doute au caractère fini de l'oeuvre. C'est à la fin du jeu qu'on se dit que le jeu n'est pas fini, pas au début. C'est au générique de fin qu'on se dit qu'il manque quelque chose et c'est seulement à partir de là que le joueur va chercher la vérité sur les évènements entre Kojima et Konami et lier les pièces du puzzle.

Donc si je peux me permettre, toutes tes interrogations ne sont pas à sens unique. On peut aussi bien se poser les questions suivantes : Sachant les évènements, le jeu peut-il être considéré comme qualitativement mauvais? Les joueurs ravis par MGSV le resteraient-ils encore? Questions difficiles? Si on prend le problème à l'envers, c'est sûr que ça n'aide pas ...
sheen sheen
11/01/2016 � 10:13
Administrateur
@Springgan : Tu me fais dire ce que je n'ai pas dit. Avec la piste de réflexion que j'ai proposée, je ne cherche pas à dire si MGSV est bon de façon indubitable pour tout le monde. Comme je l'ai dit et souligné, chacun a son propre ressenti et c'est parfaitement respectable.

Le fait est que, quelque soit notre avis, il est influencés par les événements qui se sont passés entre Hideo Kojima et Konami et par l'absence de la mission 51. Si nous n'en avions pas pris connaissance, considérions-nous le jeu meilleur qualitativement parlant ? Les joueurs déçus par MGSV le seraient-ils toujours ? C'est une question difficile à répondre, tout comme il est difficile de savoir si certains choix discutables de Hideo Kojima sont totalement volontaires de sa part ou influencés par ces événements.

Mais le contexte dans lequel s'est fait le jeu est également important. Un champion cycliste qui visait le podium arrive vingtième d'une étape du tour de France est un résultat décevant. Sauf si on sait qu'il a lourdement chuté, qu'il s'est blessé et qu'il a réussi à trouvé les ressources mentales pour terminer sa course. Le résultat est identique, mais le chemin pour y arriver est différent.

Quoi qu'il en soit, je le répète, essayer de prouver à quelqu'un qu'il a tort de ne pas être déçu par MGSV est stupide. Les goûts ne se contrôlent pas. Et ça ne fait pas de lui un mouton lobotomisé ou "d'une manifestation évidente d'un déni issue de la peur de s'être fait avoir de bout en bout sur la qualité du produit final livré et d'être surtout devant une oeuvre incomplète."
Springgan Springgan
11/01/2016 � 3:12
@Sheen

Pourquoi essayer de savoir si MGSV est bon ? Sur quelles bases ? Quels critères ? Qui va définir ces critères ?

On ne peut pas dire si MGSV est bon ou mauvais de manière arbitraire en occultant ci ou en accentuant ça, ça n'a pas de sens. Tu as adoré ce MGSV, donc il est bon pour toi c'est tout ce qui est nécessaire de savoir. D'autres ont trouvés ce MGSV mauvais ? Sur quels critères ? Ont-ils raison ? Ont-ils tort ? Est-ce légitime ?

Intrinsèquement la notion de bon ou mauvais fera intervenir la notion de subjectivité si aucun consensus n'est fait afin de définir les critères de jugements. Donc c'est bien beau de proposer une analyse herméneutique pour tenter de répondre à cette question mais force est de constater qu'il est loin de faire l'unanimité dans ces critères de jugement. D'où une certaine liberté sur la tentative d'écrire une analyse cohérente à défaut d'être un minimum objectif et une négation pur et simple arguments qui iraient à contre-courant de son présupposé de départ qui est que "non ce MGSV TPP n'est pas mauvais" cqfd. Tout le monde peut écrire si MGSV est bon en partant d'un présupposé de base et de trouver des arguments allant dans ce sens et donc en sachant ça, peut-on encore légitimement se poser la question ? Dans le doute...

sheen sheen
10/01/2016 � 23:52
Administrateur
@Springgan : Si je me suis permis d'intervenir c'était seulement dans le but de calmer le débat.

En effet, MGSV ne m'a pas déçu, ce qui ne m'empêche pas d'avoir un regard très critique sur certains choix et de penser également que la relation houleuse entre Hideo Kojima et Konami a malheureusement aussi influencé le contenu du jeu.

Par le passé, après la sortie d'un épisode, Hideo Kojima a déjà pointé du doigts des éléments qu'il aurait souhaité y intégrer. Il s'est déjà montré critique sur ses jeux. J'imagine que s'il en a l'occasion, il le fera aussi un jour sur MGSV.

Comme je le disais, il faut de tout pour faire un monde. Si certains joueurs sont déçus de MGSV ou si d'autres au contraire ne le sont pas, peu importe. Ils ont raison tous les deux, car le ressenti d'une oeuvre ne se contrôle pas. Essayer de persuader quelqu'un qu'il a tort de ne pas être déçu est une perte de temps. Nous n'avons pas le même bagage culturel, nous ne partageons pas les mêmes expériences.

Il faut peut-être considérer le cas de MGSV sous un autre angle. Oublier ce qu'il s'est passé avec Kojima et Konami entre mars et septembre 2015, oublier le contenu de la mission 51 montré sur le Blu-ray bonus, et tenter de répondre à cette question : est-ce que MGSV est un bon jeu ?

Le contenu de MGS2 a été tronqué en raison de l'actualité. La cinématique qui a été coupée se ressent indéniablement. Il n'y avait pas besoin d'explication pour s'en rendre compte. Toutefois, cela reste un excellent jeu malgré ses nombreux défauts.

Et en parlant de ça, la complexité du scénario de MGS2 a bénéficié d'un magnifique making of. Ce qui n'a pas été le cas de MGSV. C'est peut-être l'une des raisons pour lesquelles des joueurs se sentent un peu perdus dans MGSV et l'idée que KojiPro a souhaité faire passer dans cet ultime épisode.
Springgan Springgan
10/01/2016 � 22:19
@Sheen

Si tu me réponds, c'est que tu te sens concerné par mes propos et je m'excuses par avance si tu t'es senti blessé. Mais soyons un minimum réaliste qu'en aux enjeux derrière un jeu comme MGS V. Il serait complètement stupide de la part d'un Kojima, d'un Konami ou d'un Nojima de cracher sur le jeu alors que chacun a des intérêts bien définis et ça aussi c'est important de le souligner. Personne en interne du projet ne criera sur les toits que le jeu est complétement tronqué, que Kojima a merdé dans le projet, que les dirigeants Konami sont des trouduc et que le consommateur final n'est qu'un pigeon de plus dans ce monde consumériste car tout façon c'est admis par tous et nié par les premiers concernés. Même si le consensus chez certains fans est de considérer le jeu comme fini et que ça se justifie par A+B, rien n'interdit les autres fans de pointer du doigt ce dogme qui ne fait qu'alimenter les passions entre les 2 camps de plus qu'on nous impose officiellement cette "vérité" par voie de presse. Ce qui n'est pas dit est forcément inexistant chez certaine personne, c'est un fait.

Je n'interdis pas ceux qui ont bien aimés le jeu de s'exprimer, au contraire j'en fait parti de ceux qui ont apprécié le jeu comme il est mais pas jusqu'à m'aveugler complètement pour aller dénigrer ceux qui l'ont pas aimés contrairement à certains. L'esprit critique, chez certaine personnes, ce n'est pas encore automatique. On aime le jeu comme il est, c'est cool, tout le monde est content! On aime le jeu jusqu'à en faire une oeuvre pseudo intellectuelle où il n'y a que les cons frustrés qui n'aiment pas? Ou comment faire du fascisme intellectuel ...

On est libre d'aimer un jeu mais il est de la responsabilité de chacun d'avancer des arguments constructives et de prendre la critique afin d'élever le débat et pas seulement de dénigrer ceux qui ne sont pas d'accords. Or ce que je constates, ce n'est pas un consensus unanime dans la volonté d'élever le débat mais une division bien marqué afin de se démarquer des autres, afin de montrer qui est le plus intelligent. Et à ce jeu, j'en ai vu des vertes et des pas mûrs, je ne suis pas là pour prêcher la bonne parole mais pour confronter les idées afin de voir s'il est possible d'en faire naître une nouvelle mais force est de constater que certains restent dans leur croyance sans se remettre en question et c'est là que je pousse la réflexion tant que l'autre n'aura pas fait de concessions à défaut d'aimer le jeu comme il est malgré tout le côté négatif inhérent à un développement bâclé. Le jeu est sans doute parfait dans son imperfection mais le fait est qu'il n'a jamais été voulu ainsi et c'est surtout ça qui me dérange dans le discours ambiant qui veut que le jeu se satisfait de lui-même par l'opération du saint-esprit, que le jeu devient bon en occultant tous les points négatifs, qui devient intelligent en listant toute la symbolique qui se cache derrière. Comment ne pas être choqué devant tant de négation afin de rendre un jeu bon? Est-ce que j'ai le droit de dire ce que je pense devant tant d'abnégation? Peut-on juger mon interpellation comme néfaste car mettant en branle certains concepts inhérents à un groupe de personnes dans le but de maintenir la certaine cohésion et qui donc, par nature, écrase l’individu avec ses propres croyances ainsi que son échelle de valeurs (Dualité entre liberté positive et négative) ou positif car contribuant à nous individu, à toujours chercher la vérité au-delà des apparences afin de renforcer notre vision de justice et de vérité?

Donc à la question : "Pourquoi faut-il toujours démontrer aux personnes qui ne partagent pas ses propres goûts qu'ils auraient tort ?", je te répondrais par : "Ce n'est pas le but de mes interventions. Je ne juges pas les goûts et les couleurs. Je juges ce qui, pour moi, contribue à alimenter des contre-vérités, des choses qui alimentent facilement le débat et n'apporte rien à la recherche de la vérité. Et donc si quelqu'un justifie ses goûts et ses couleurs par le biais de contre-vérités, il se va de soi qu'il devra accepter la critique sinon bonjour la dictature Kikoolol.
sheen sheen
10/01/2016 � 17:22
Administrateur
@Springgan : Quelles sont tes sources pour affirmer que les propos de Nojima ne valent rien ? Je rappelle quand même que Hideo Kojima lui même à fortement conseillé aux joueurs de lire l'entrevue de Nojima et Makime. C'est important de le souligner.

Chacun a le droit d'avoir son avis sur MGSV. Si pour toi, ce jeu est décevant, d'autres l'ont apprécié même s'ils considèrent que MGSV est fini ou non. Pourquoi faut-il toujours démontrer aux personnes qui ne partagent pas ses propres goûts qu'ils auraient tort ?

Il faut de tout pour faire un monde. Par exemple, MGSV n'a pas fait l'unanimité au sein de la rédac de MetalGearSolid.be, et quand on en discute, on ne se met pas sur la gueule, bien au contraire. Les différents avis sont respectés, et on en arrive toujours à se raconter nos meilleurs souvenirs dans la saga.

Peut être que Hideo Kojima n'est pas satisfait de MGSV. Mais il faudra attendre qu'il en parle avant de considérer cela comme un fait.

Et si Hideo Kojima continue à faire des jeux aujourd'hui, je pense plutôt que c'est parce qu'il est un créatif qui vit pour ça. On ne compte plus les fois où il voulait se défaire de la saga, pour créer d'autres jeux vidéo, les fois où il expliquait qu'il ne voulait pas devenir "Monsieur Metal Gear".

Aujourd'hui, Hideo Kojima a enfin la chance de travailler sur d'autres projets. Même s'il était satisfait de MGSV (et il l'est peut-être, on en sait rien), pourquoi prendrait-il sa retraite alors qu'il peut enfin montrer et prouver qu'il est capable de faire autre chose que du Metal Gear ? Depuis MGS2, il le souhaitait tellement...
Springgan Springgan
10/01/2016 � 16:02
@ N@rn@r

Ah Nojima, le sous-traitant qui n'a même pas travaillé sur le jeu et qui se prend pour un grand romancier/game director pour pouvoir porter un jugement sur ce qui était bon de mettre dans le jeu ou pas. La bonne blague !

Après revenons sur les dires de Kojima vu que tu insistes. Metal Gear Solid V est une histoire dans laquelle des gens ont perdu leurs camarades et leur passé. Ils ont juré vengeance et ils comptent bien retrouver tout ce qu'ils ont perdu. Mais au fil de l'histoire, plus ils essaient de récupérer leur passé, davantage ils perdent de choses. En d'autres mots, on finit par tout perdre en ayant recours à la chaîne de la vengeance (Pas vraiment ressenti ça à la fin du jeu mais passons...). Cette œuvre n'est pas une « douleur fantôme » (Le "Ceci n'est pas une pipe !" On me l'a déjà fait. ). C'est une histoire de perte. Non pas la perte d'une série désormais terminée, précise Hideo Kojima, mais plutôt sur la façon dont les joueurs/lecteurs vont affronter leur douleur après avoir perdu leur héros (sans jamais l'avoir vraiment joué, dur de perdre quelque chose qu'on n'a pas). Comment vivront-ils à partir de maintenant ? Comment vont-ils remplacer cette douleur par quelque chose de positif ? Or ce qu'on peut aussi dire une fois le jeu terminé c'est que le message de Kojima, en plus d'être bateau, se retourne complètement contre lui. En plus d'avoir une œuvre qui est une douleur fantôme, on a une histoire qui a énormément perdue en contenu donc par conséquence la perte définitive d'une série censée être terminé depuis 7 ans et un héros/joueur perdu au milieu de 2 jeux séparés de 28 ans. C'est l'histoire d'une perte. Non pas la perte d'une série par rapport aux joueurs mais plutôt par rapport à son créateur, sur la façon dont celui-ci va affronter la douleur après avoir perdu son jeu, son job, son poste, sa renommé, sa série, son héros... son bébé. Comment vivra-t-il à partir de maintenant ? Comment va-t-il remplacer cette douleur par quelque chose de positif ? Dans les faits, si Kojima était vraiment satisfait de son travail, de sa carrière et surtout de sa saga MGS et de ce MGS V, il aurait déjà dû prendre sa retraite à la fin de son contrat avec Konami. Or là on est devant un Kojima, qui de toute évidence au lieu de vaquer à d'autres occupations (lui qui voulait faire des films), décide ou plutôt n'a pas le choix de monter un studio de développement avec la même team qui travaillait avec lui chez Konami. Si ce n'est pas de la rancoeur vis-à-vis de Konami ça, alors c'est quoi?

Qu'on soit clair, en 2015 il n'y pas eu que MGS V qui soit sorti mais aussi un certain Witcher 3 qui trust la première place parmi les meilleurs jeux de l'année car au moins lui est un jeu fini. Venir me faire la moral sur mon manque de maturité est vraiment un signe d'impuissance évident face à des arguments non seulement indiscutables mais qui fâchent car ils blessent les gens dans leur croyance. Tu trouves le jeu génial? Super, moi aussi ! Tu as besoin de justifier tout et n'importe quoi pour prouver que tes goûts sont avant issus de choses factuelles afin qu'on ne puisse les remettre en causes? Bienvenu dans le Club des analystes herméneutique où tout le monde il est beau sauf les méchants qui critiquent tout et n'importe quoi -> http://www.metalgearsolid.be/analyse-metal-gear-solid-v-the-phantom-pain-2117.html . Il n'y a rien de plus hypocrite et malhonnête que de se satisfaire de quelque chose qu'on sait foncièrement mauvais ou incomplet. Faire croire aux gens qu'ils ont fait un excellent travail alors que c'est très loin d'être le cas, ce n'est pas très respectueux. Je comprends que certaine personne veuille coûte-que-coûte protéger le jeu et son créateur contre la critique facile, mais à quel prix? Il faut reconnaître que le jeu étant clairement loin d'être fini, on ne peut pas crier sur tous les toits que le jeu est en faite complet et donc commercialement viable car d'un point de vu moral, ça incite n'importe quel industriel à se comporter de la même manière que Konami envers Kojima Production, càd manipuler le processus de création afin de valider un planning de sorti au détriment de la qualité globale du jeu et de virer tout le monde à la fin car de toute façon les fans hardcore pourront facilement se satisfaire et pourront même jouer les Social Justice Warrior sans se rendre compte de leur ignorance.

Alors, je reposes ma question : le Chapitre 3 on en parle comment? Mission 51 en DLC? J'ai envie de dire "n'importe quoi!", ça se voit qu'il a été pensé dans le jeu de base pour clôturer l'arc Eli/Metal Gear Volé/Souche Anglaise du parasite des cordes vocales avec en bonus la transformation progressive de Phantom BB en "démon". Mais que voulez-vous, Konami à virer Kojima en plein développement et ce dernier n'a pas eu d'autre choix que d'accoucher de son "bébé" prématurément. Si Kojima aurait voulu le faire en DLC, il l'aurait fait car rien ne l'en empêché. Gameblog utilise ce genre de rumeurs pour manipuler un groupe de personnes à des fins purement illusoire, celui de donner de faux espoir à des gens qui n'ont pas compris qu'on est devant une œuvre tronquée, sacrifiée sur l'autel du profit et où tout est mise en œuvre pour cacher les tenants et les aboutissants mais surtout attirer le plus de cliques afin d'être bien indexé sur Google.

Business is business, rien n'est gratuit et si c'est le cas, c'est que c'est nous le produit.

" J'ai presque envie de dire que le discours officiel ambiant qui veut que le jeu, dans sa forme actuelle, soit finie comme il a été pensé depuis le début est la manifestation évidente d'un déni issue de la peur de s'être fait avoir de bout en bout sur la qualité du produit final livré et d'être surtout devant une oeuvre incomplète. Et là vient une réaction commune de tous et surtout en conflit avec notre capacité de jugement : comment peut-on juger une oeuvre incomplète?

A défaut de prendre les choses comme elles sont, les gens ont tendance à créer une sorte de sur-interprétation de la chose afin de pouvoir la caser dans un espace logique dédié. Nions l'existence des incohérences que comporte le jeu et dénigrons les personnes pensant à contre-courant tant que cela appui le discours officiel que le jeu est complet et cohérent dans sa forme actuelle. Tout va bien dans le meilleur des mondes jusqu'au moment où la vérité éclatera au grand jour et là plus dur sera la chute. " - Cette citation illustre très bien l'état d'esprit auquel j'ai à faire actuellement.
N@rn@r N@rn@r
10/01/2016 � 2:46
@Springan Donc si je comprends bien, ton ressenti sur le jeu c'est des faits, mais de mon côté Gameblog, les mots de kojima dans la préface du bouquin de MGSV, et l'interview de Nojima #pasKojima, c'est de l'interprétation? Ben qu'est-ce que je peux dire alors.... :/

Non on a une oeuvre presque fini, il manque le DLC de "la mission 51", un petit coup de polish en plus et il est pas à exlure, qu'une ou 2 mission de l'acte2 se soient retrouvées transformées en missions secondaires faute de temps pour les finaliser. Mais sinon le jeu ressemble selon toutes probabilité à ce qu'il devait ressembler. Et il est très bien comme ça n'en déplaise à certain... C'est l'ultime MGS de Kojima essayez de l'apprécié et de le comprendre pour ce qu'il est (ou pas on s'en fout), au lieu de vous plaindre qu'il n'est pas ce qu'il aurait du être selon vous...

Un peu de maturité ban sang....
Springgan Springgan
09/01/2016 � 15:05
@ N@rn@r

Après la lecture de ton message, je me permets de te proposer un débat sur la question "MGS V The Phantom Pain, oeuvre tronquée?" et d'y participer afin de lever le doute chez le lecteur/ joueur lambda qui se pose légitimement la question. Soyons honnête, dans les faits et rien que dans les faits, MGS V TPP est une oeuvre incomplète que ça soit dans le traitement des thèmes et leurs conclusions finales (et je mets au défi tous les théoriciens du "MGS V c'est une oeuvre finie comme elle a été pensée depuis le début" afin de me faire une synthèse complète sur la conclusion finale à propos des thèmes du langage, de la vengeance, des pêchés du père, de la filiation, de l'armement nucléaire, sur le désir de créer une armée multiculturelle, sur la perte d'identité, etc ...), les lacunes scénaristiques (que devient le Sahelanthropus et Code Talker, pourquoi on combat Phantom BB dans le premier MG, pourquoi les Diamond Dogs deviennent Outer Heaven, etc ...), la répétition des missions secondaires et l'apparition des missions en difficulté extrême alors que le jeu n'est pas terminé, l'OST incomplète dans le chapitre 2 avec aucun thème spécifique lors de la conclusion finale. Même Julien Merceron a dit lors de la Masterclass que la décision de terminer le développement de MGSV a été décidé au dernier moment, que Kojima avait réuni l'équipe un matin pour expliquer la situation. Mission 51 en DLC? Source? Gameblog? On repassera sur la fiabilité de l'information surtout lorsqu'elle fait son beurre dessus. Et le Chapitre 3, on en parle de quelle manière?

La question de la surestimation de la taille de l'amputation est secondaire car on ne sait même pas à quel stade le développement a commencé à se prendre la hiérarchie de Konami dans les pattes. Se faire virer à la japonaise, c'est débarquer du jour au lendemain dans l'entreprise avec une carte magnétique marquée "Visiteur" au lieu de "Employé". Pas de réunion d'urgence ou d'audit préalable, c'est le reclassement pur et simple.

Donc c'est bien gentil d'écrire que MGS V n'a pas eu de coupe drastique, mais les interprétations n'ont jamais eu aucune valeur crédible devant les faits et les faits, ils n'y en manquent pas. Après l'excuse du "aucune oeuvre n'est parfaite" n'excuse en rien d'être devant un jeu dont le développement a tourné court d'un seul coup et qui a laissé des marques profondes à sa sortie.
N@rn@r N@rn@r
08/01/2016 � 23:26
Vous savez, je pense qu'il n'y a pas eu de coupe drastique dans tpp, je pense que le commerce a fait que le jeu s'est terminé dans des conditions difficile, mais je pense que le jeu ressemble globalement à ce qu'il devait ressembler. Pour les enfants soldats, je pense que cela devait être traité dans la "mission 51" qui apparemment était prévu en DLC, et qui a été annulé à cause des déboires de konami....

Ensuite la transition vers le démons et bien là, mais n'est pas marqué, car elle dépend du joueur, cela est cohérent avec la mission 46. Ensuite, oui on ne fait pas forcément de chose démoniaque, (on peut le faire toutefois) mais il faut quand même bien comprendre qu'au Japon, le mot démon, n'a pas le même sens que nous, surtout celui qui était utilisé de Oni, qui est plus un esprit qui est devenu mauvais, qu'un démon au sens propre...
GN-Vlassov GN-Vlassov
07/01/2016 � 21:55
Article très intéressant que je découvre avec cette mise à jour.

Ceci dit parmi tout ce qui est relevé ici, on est quand même face à des cas de figure très différents, et le mot de "censure" ne me semble pas évident dans certains cas.

Il est quand même souvent questions de CHOIX, même si la frontière peut être floue avec la censure, puisqu'ils sont forcément conditionnés par un contexte. Cela peut être des choix artistiques (cf Shinkawa et le "zombie") mais aussi des choix techniques, notamment au niveau du gameplay (cf Battle Gear dans TPP).

Au niveau de la censure, elle n'est pas de la même nature :
- censure "classique" sur le sang (cf cadavres Tanker MGS2) ou la nudité (Johnny MGS1, PW, MGS4). Même si dans le cas de la mort de Solidus, c'est à la fois de la (auto?) censure et un choix artistique de Kojima.
- Censure due à la pression extérieure (cf MGS2 et Manhattan).
- Censure interne à Konami qui peut ne pas vouloir assumer certains aspects du jeu.

Quant à TPP, je pense que le mot amputation convient bien mieux que celui de censure. Ce n'est effectivement pas le contenu qui était gênant en quoi que ce soit, mais le jeu en lui-même, (a fortiori son créateur) et ce qu'il signifie en tant que jeu vidéo.
Cette amputation est donc pour moi le fruit de motivations budgétaires ET idéologiques (sur la conception qu'on a d'un jeu vidéo).
Pour autant, je ne pense pas qu'il faille non plus surestimer la taille de cette amputation aussi réelle et évidente soit-elle. Du coup difficile d'avoir une idée définitive sur les raisons qui font par exemple que la question des enfants soldats, comme vous l'écriviez, n'était en fait qu'effleurée, même si elle a au moins le mérite d'être présente.
azertyxpp azertyxpp
07/01/2016 � 11:56
Effectivement c'est même notifié par l'auteur dans les commentaires, mais ça ne change pas ce que je pense dans le fond sur la censure du jeu.

PS: Kaz en mouette des barres MDR XD.
sheen sheen
06/01/2016 � 22:29
Administrateur
@azertyxpp : Il me semble que c'est le modèle d'un Skull sans son armure. On l'aperçoit dans la mission 29.
azertyxpp azertyxpp
06/01/2016 � 21:44
OMG regarder ce que je viens de trouver:

https://www.youtube.com/watch?v=x81V4qfTeiQ

C'est la mission 43 moddée sur PC, ils se sont juste amusé à changer des perso et textures. Mais observé bien le skin par lequel ils ont replacé BB, mais merde quoi le skin est bien dans le jeu enfin dans les fichiers du jeu.

Je crois que la on tient une preuve béton que le jeu est censuré, putain le démon devait bien arrivé à la fin tel que promis, on a souillé son oeuvre.
azertyxpp azertyxpp
06/01/2016 � 19:57
Ce n'est que mon interprétation je ne prétend pas détenir une vérité universelle, mais ce n'est pas un trou béant, mais des trous béants et curieux hasard ces trous béants tombent la ou ça aurai réellement pu justifier le coté sombre du jeu, curieux hasard.

Les races techniquement d'entré de jeu on en voit une multitude pourtant ce n'est jamais abordé leurs rôles et hiérarchie, les enfants soldats quand ils entrent en scène ils ne sont pas approfondis et à aucuns moments, la descente aux enfers de BB techniquement rien n'évolue de ce coté au travers son périple aucuns événements ne montrent réellement le personnage marqué et passer un échelon dans la descente aux enfers, par extension on ne peut même pas parler de démon.

Pour revenir sur les enfants soldats, Kojima avait expliqué être très inspiré par le film Johnny Mad Dog je ne sais pas si vous l'avez vu mais c'est un film coup de poing, à part la coupe de cheveux d'un enfant soldat et le fait qu'ils soient noirs je ne vois pas trop de quoi il c'est inspiré du film.

Donc voila comme je dis c'est mon point de vu mais c'est un curieux hasard, mais ça n'est surement pas un trou béant, un pan narratif ou ce que vous voulez, c'est bien des sujets sensibles dispersés par ci par la.

Et voici notre vrai Skull Face responsable de notre Phantom Pain:

http://i.jeuxactus.com/datas/editeurs/k/o/konami/l/konami-photo-55566392923a7.jpg

Je pense avec le recul que Kojima toujours été honnête dans sa promo, seulement à cause de vrais démons pourrit par l'argent on lui a mis des bâtons dans les roues et il a été forcé d'édulcorer le tout.

Si il y a quelqu'un qui doit vraiment porter une Phantom Pain je pense que ça serai plutôt Kojima que nous joueurs, brider un artiste et l’empêché de s'exprimer dans son oeuvre il n'y a rien de plus malsain.
Springgan Springgan
06/01/2016 � 17:21
@ azertyxpp

Là, tu présentes le trou béant laissé dans TPP comme issu d'une censure venant de la hiérarchie. Or ce n'est pas que le traitement des thèmes qui sonnent creux mais aussi un pan entier du scénario et du game design qui souffrent d'un travail inachevé. C'est pas une question de censure mais de gros sous, nuance.

Concernant les propos de Nojima, le gars est un sous-traitant qui n'a même pas travaillé sur le jeu et il se prend pour un grand romancier/game director pour pouvoir porter un jugement sur ce qui était bon de mettre dans le jeu ou pas. La bonne blague de 2016 !
azertyxpp azertyxpp
06/01/2016 � 1:20
Intéressant cette MAJ concernant TPP, je pense qu'on pourrait y rajouter les 2 cinématiques manquantes, celle de l'intro de Nuclear et celle de l'E3 2013 avec les enfants soldats qui sont encadrés par un soldat adulte.

On pourrai aussi ajouter sans être catégorique et en restant dans l'hypothèse que le jeu est censuré, on est bien trop loin des promesses à propos des sujets tabous qui sont bien la mais non développé ça n'a rien de choquant ou percutant, les démons, les races ? ... On est bien trop loin des promesses ou plutôt de ce que comptait nous offrir Kojima, je pense forcément qui a dû ce faire remettre en place sur certaines choses.

Du genre tu ne montreras pas qu'il y a une hiérarchie de race dans la guerre ou indirectement en politique. Et qui a intérêt à entretenir ce genre de censure ? Ceux qui seraient en haut de cette hiérarchie bien entendu car c'est eux que ça montrerai du doigt. Pour moi les mots de Kojima qui présentait le projet Ogre sonnent tellement vrai aujourd'hui c'est un puzzle il y a juste a ouvrir les yeux, il a dit presque mot pour mot que ces sujets tabous s'était du jamais vu dans l'industrie et qu'il craignait que ça ne puisse sortir en l'état. Vu le gouffre entre ce qui est présenté et ce qui nous a été offert il me semble évident que sur cet aspect il n'a pas pu allez au bout des choses.

On peut tirer les mêmes conclusions pour les enfants soldats, pourquoi n'a t-il pas traité le fond du sujet en nous montrant réellement ce que vivent et ce qu'on traversé ces enfants ? Pourquoi le démon BB ce retrouve au final si édulcoré, si bien qu'il paraît riducule de parler de démon, le BB de PW semble bien plus torturé avec le recul il semble même aisé d'appeler celui ci DÉMON.

Ça me paraît bien trop simpliste de dire qu'il nous a mené en bateau comme MGS 2, je pense plutôt qu'il a fait du mieux qu'il pouvait avec les censures imposées par des lobbyistes en col blanc qui ont souillés notre TPP. Et qu'à l'évidence sans ces barrières TPP aurai été beaucoup mieux, fort et je dirai même puissant. On promet pas un contexte aussi mature et torturé pour finalement pas le donner.
Phandokor Phandokor
05/01/2016 � 21:47
@sheen Mais ce n'est pas la question. Je l'ai dit, je me répète, tant pis : Même bien placée dans son contexte (et pour le "tu le sors du contexte", bah je pars un peu du principe que les gens qui arrivent jusqu'aux commentaires ont lu l'article, et donc le connaissent, et que je n'ai pas à tout résumer juste pour aborder un pauvre point isolé) cette affirmation reste fausse.
sheen sheen
05/01/2016 � 21:42
Administrateur
@Phandokor : Cette partie de l’article fait suite aux parties précédentes de ce même article qui traitent de MGS2 et MGS3. On appelle ça un contexte.

Pour ces deux épisodes, l’actualité a eu une influence plus ou moins importante sur leur contenu, ce qui n’a pas été le cas avec MGS4 puisque les PMCs tels que ceux montrés dans cet épisode n’existent (heureusement) pas (encore).

En effet, en prenant un morceau de ma phrase, tu peux dire ce que tu veux, d’où l’importance du contexte. ;)
Phandokor Phandokor
05/01/2016 � 21:08
@sheen Euh non. Pas du tout.

La phrase complète :
"Avec Metal Gear Solid 4 : Guns of the Patriots, Hideo Kojima et son équipe avaient une plus grande liberté, les PMC(9) n'étant pas (encore?) une réalité."

Même remis dans le contexte tu as dit ce que tu as dit je suis désolé. C'était une erreur que je me suis bêtement contenté de relever.

Non, le PMC ne sont pas encore telle que montrée dans MGS4 mais si elles existent, et leurs activités sont bien celles décrites dans les MGS.
sheen sheen
05/01/2016 � 20:19
Administrateur
@Phandokor : Tu cites un morceau de ma phrase, en la sortant de son contexte...
Phandokor Phandokor
05/01/2016 � 19:19
@sheen, les PMC n'ont pas (encore) autant de pouvoir et de libertés que dans MGS4 certes... mais c'est quand même très différent que d'affirmer qu'elles n'existent pas.
sheen sheen
05/01/2016 � 19:10
Administrateur
@Phandokor : Les PMCs comme MGS4 ? J'en doute.
Phandokor Phandokor
05/01/2016 � 18:45
@sheen Ces entreprises existent quand même depuis plus longtemps.
sheen sheen
05/01/2016 � 18:39
Administrateur
@Phandokor : MGS4 n'est pas sorti aujourd'hui. :)
Phandokor Phandokor
05/01/2016 � 18:34
" les PMC(9) n'étant pas (encore?) une réalité"

Si.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Soci%C3%A9t%C3%A9_militaire_priv%C3%A9e
ninibobo ninibobo
18/03/2015 � 18:24
NOTH: Ha mince... Mais peut etre que le jeu se deroule sur plusieurs années...
Keyser44Soze Keyser44Soze
18/03/2015 � 14:50
Excellent Article!
Lyldelarun Lyldelarun
18/03/2015 � 12:20
@sheen : Super boulot mille fois merci pour cette MAJ !!


Du coup, je craque !!! j'ai faim d'infos, d'histoire et même de théorie farfelue de la saga (c'est grave non?) quelqu'un aurais un lien video vost fr ou fr à mettre sous la dent ? ;)
Noth Noth
18/03/2015 � 10:35
Peu de chance ninibobo :
"Naissance de Sniper Wolf en Irak. 1985"
S0LIDUS SNAKE S0LIDUS SNAKE
17/03/2015 � 22:36
Raiden devrait saigner blanc tout le temps, dommage que la version US de Rising montre le sang rouge, son sang artificiel était blanc dans MGS4, bien que "non cannonique" ce serait bien côté continuité qu'il soit blanc ici aussi!
ninibobo ninibobo
17/03/2015 � 21:50
Tres interessant comm articl :) comme tous en fait ;)

Sinon la mort de Wolf... Lorsqu'elle mentionne le passage avec Saladin... Hate de voir ca en vrai dans TPP!!!!
Foxhound_Shadow Foxhound_Shadow
17/03/2015 � 21:17
Sérieux Sheen, tu veux pas en faire des vidéos commentées des articles comme ceux là ? Ça en jetterais vraiment !
KarasuShiro KarasuShiro
17/03/2015 � 21:07
Merci Sheen pour cette MAJ ;)

Par contre un truc m'a toujours perturbé concernant Rising Revengeance : Ok le sang blanc pour les cyborgs, mais pourquoi du sang blanc pour le visage de Raiden? Il me semble que sa tête est 'd'origine" non ? Ils auraient pu montrer le contraste entre l'homme et la machine avec des scenes ou les sangs (humain pour le visage et synthétique pour le corps) se mélangaient , enfin bon, j'imagine que c'est surtout un soucis de censure, dommage :/
shadowtief shadowtief
17/03/2015 � 19:52
Et oui, on en oublierait presque que la serie avance et que la censure continue ^^ Merci Sheen pour cette MAJ !!
Jiipey_K Jiipey_K
17/03/2015 � 19:41
Merci Sheen, décidement il y'a eu beaucoup de censures dans la saga MGS, j'espère que MGSV ne sera pas trop censuré voir pas du tout (oui c'est beau de rêver).
nanojuloy56 nanojuloy56
17/03/2015 � 19:27
Merci SHEEN pour ces nouveaux éclairage sur la série.

Respect pour tous le travail abattu.
Kaserto Kaserto
17/03/2015 � 19:25
pour MGR je trouve la version jap meilleur car il y a aussi du sang rouge mais seulement pour les humain et le blanc reste donc artificiel pour les cyborg qui est vraiment stylé !!!!!!
ben-ben ben-ben
17/03/2015 � 18:44
:) merci pour ces infos ,les pauves japonais qui ont du se tapé peace Walker avec cette sequence de torture... c est ridicule .
Adamska Adamska
19/11/2012 � 3:55
Ce foutage de gueule la scène de torture de PW en japonais.
Anna Anna
15/08/2012 � 21:24
C'est dingue pour le visage de Sniper Wolf ! On en trouve des choses en désossant un cd Oo
sheen sheen
14/08/2012 � 16:47
Administrateur
Non, je t'assure. C'est une vieille image que j'avais trouvé sur le web il y a plusieurs années déjà :)

Mais pour Sniper Wolf, je trouve que c'est une très jolie trouvaille de Rush :)
X-Draque X-Draque
14/08/2012 � 16:39
@sheen : même pas pour johnny et pour cette image :
http://www.metalgearsolid.be/images/raiden-nu-mgs2-arsenal.jpg ?? ;)
sheen sheen
13/08/2012 � 12:08
Administrateur
@X-Draque "ça sent le rushsnake tout ça ^^"

Non. Juste pour Sniper Wolf, pas tout le reste.
X-Draque X-Draque
13/08/2012 � 11:46
ça sent le rushsnake tout ça ^^

sinon pour raiden sans sexe j'ai pu le voir moi aussi en faisant une galipette puis maintenant X enfoncée raiden va s'allonger juste après avoir fini sa pirouette ce qui nous laisse à peine le temps d'observer son pubis sans pénis ;)

en revanche comment fait-on pour enlever la mosaïque de johnny dans MGS1 ?
layv21 layv21
12/08/2012 � 20:17
Trop sexx Raiden!!! ah non il n'en a pas mdr
Oxy Oxy
12/08/2012 � 9:05
Pas mal cette mise à jour ... Je connaissais quelques vensures, mais celles liées à Sons of Liberty étaient méconnues pour ma part.
sheen sheen
09/05/2011 � 17:42
Administrateur
Merci à vous, ça fait plaisir, vraiment :)
Sn@keE@ter Sn@keE@ter
07/05/2011 � 21:40
Merci pour cet article ou plutôt dossier complet sur cette approche de cette superbe série que j'adore :)

J'avoue que je connaissais pas les autres versions que j'ai pu jouer en tant que version européenne et j'ai particulièrement aimé l'interprétation de MGS2 à New York, chapeau :p

Nouveau venu su votre site, et en vue des différents articles que j'ai pu lire, je vais revenir régulièrement.

Bonne continuation,

Sn@keE@ter ;)
sheen sheen
04/05/2011 � 10:46
Administrateur
Thanks !
I send you an email =)
0479 0479
04/05/2011 � 10:08
Great article!

About the scenes cut at the end of MGS2, I wrote a feature in Chinese:

http://www.mgcn.com/html/article/analyze/200806/10-313.html
Snake Snake
04/05/2011 � 0:58
Rising va être particulièrement violent :p, enfin si le joueur le veux, si il le veux il peux faire une boucherie , mais comme le dit riri y a des tas de jeux violent donc ça devrait aller
sheen sheen
03/05/2011 � 21:37
Administrateur
@ riri : Très bons exemples. D'après mes souvenirs (dis moi si je me trompe) il me semble que la version japonaise de God of War III a été censurée au Japon (les scènes où l'on voit des seins). Et Resident Evil l'a été aussi. Dans RE4 les décapitations de Leon ont disparues. Ou encore dans RE5 où, accusé de racisme, Capcom s'est vu 'obliger' de diversifier ses zombies africains pour apaiser les détracteurs.

Pour MGS Rising, je pense que Kojima Productions va effectivement faire attention, et ne pas tomber dans le piège de la censure. Ce qui est dommage, c'est qu'ils y sont un peu forcés. Je ne suis pas friand des jeux violents. On l'a vu, la censure ne touche pas uniquement la violence.
riri riri
03/05/2011 � 19:54
Je crois pas qu'il y'aura de la censure dans Rising, y'a des tas de jeux violents (God of war, Resident Evil etc.)
hp hp
03/05/2011 � 10:30
Administrateur
@ Noth : On va la mettre sur notre page Facebook, spécialement pour toi :)
Noth Noth
03/05/2011 � 9:10
Un grand merci pour toutes ces informations vachement précieuses pour un fan de MGS, il y a des choses que j'ignorais à mon plus grand étonnement.

Certaines censures sont totalement incompréhensible par contre. Je pense notamment à la phrase de Vamp (que j'adore au passage) à propos des Illumi... Des Patriotes.

Celle de la torture dans Peace Walker également. J'ai adoré voir Kojima san s'en "moquer".

Sinon rien à voir mais vous ne savez pas comment je pourrais partager sur Facebook votre vidéo de MGS2 avec le montage de l'arrivée de l'Arsenal Gear dans Manhattan ? Elle est sympa et amusante à la fois, dans le sens où c'est clairement exagéré. :p
Snake Snake
02/05/2011 � 21:26
Je comprend qu'il faut pas montré certain chose mais de la a lui lui enlevez son se** XD

le sang et découper au katana dans Rising va peut-être provoquer aussi de la censure malheureusement, j'espere pas quand même, même si comme vous dite la décapitation est un sujet délicat au Japon



ajouter un commentaire � l'article
comment v1.0
Votre nom/pseudo :   *
Votre adresse e-mail :   *
(votre adresse e-mail ne sera pas affichée, c'est uniquement pour des raisons de sécurité)
Votre commentaire :   *
 
Metal Gear - Metal Gear 2 : Solid Snake - Metal Gear Solid - Metal Gear Ghost Babel - Metal Gear Solid 2 : Sons of Liberty - The Document of Metal Gear Solid 2 - Metal Gear Solid 2 Substance - Metal Gear Solid : The Twin Snakes - Metal Gear Acid - Metal Gear Solid 3 : Snake Eater - Metal Gear Solid 3 Subsistence - Metal Gear Solid Digital Graphic Novel - Metal Gear Solid Portable Ops - Metal Gear Solid Mobile - Metal Gear Solid 4 : Guns of the Patriots - Metal Gear Online - Metal Gear Solid Touch - Metal Gear Solid : Peace Walker - Metal Gear Solid : Snake Eater 3D - Metal Gear Solid HD Collection - Metal Gear Solid Rising - Metal Gear Rising : Revengeance - Fox Engine - Metal Gear Solid HD Collection Vita - Metal Gear Solid Social Ops - Metal Gear Solid V Ground Zeroes - The Phantom Pain - Metal Gear Solid V The Phantom Pain - Metal Gear Online (MGSV) - P.T. / Silent Hills - Metal Gear Survive