A Hideo Kojima Game
 
Metal Gear Solid 4 :
Guns of the Patriots


Editeur : Konami
Développeur : Konami
Genre : Action-aventure
Plate-forme : PlayStation 3
Disponibilité : 12 juin 2008
 
ACTUALITES



Aimgehess

La scène finale de Metal Gear Solid 4 est bien plus puissante qu'on pourrait le croire

24/08/2015 à 19:00 par Daniel Dawkins (gamesradar.com) / traductions fr : metalgearsolid.be
Pendant que Metal Gear Solid V : The Phantom Pain récolte les bonnes critiques aux quatre coins du monde, nous vous proposons de revivre les derniers moments entre Big Boss et Solid Snake avec notre traduction française de l'excellent article signé Daniel Dawkins et publié sur le site de GamesRadar.com. Après cela, vous ne verrez probablement plus la fin de Metal Gear Solid 4 du même œil...

La scène finale de Metal Gear Solid 4 est bien plus puissante qu'on pourrait le croire


Article écrit par Daniel Dawkins - gamesradar.com
Traduction française : metalgearsolid.be


« C'est si bon, n'est-ce pas ? » J'ai toujours adoré les derniers mots de Metal Gear Solid 4, pendant que Big Boss partage son ultime cigare avec son "fils" Solid Snake. J'aime la nature acerbe et bienveillante de ce moment. Une saga raillée pour ses cinématiques parfois délirantes et ses dialogues maladroits, et qui se conclut avec une déclaration si concise et pourtant si énigmatique. Qu'est-ce qui est « si bon » exactement ? La saga MGS ? Kojima est-il entrain de briser le quatrième mur avec les dernières paroles de Big Boss pour livrer le verdict étincelant de sa propre création – dont, à l'époque, nous pension que cet opus serait le dernier de la saga, et plus concrètement la dernière apparition de Solid Snake ?

Ou bien, est-ce que Big Boss fait référence à ses derniers moments passés avec Snake - le clone qu'il respecte en tant que soldat, en tant qu'homme, et qu'il considère presque comme son frère ? Peut-être est-il en train de savourer l'instant présent ? L'odeur âcre de la fumée du cigare alors que le soleil couchant réchauffe son corps défaillant ? La réponse se trouve peut-être dans chacune de ces questions. Des interrogations ponctuées de certitudes ambiguës résumées en six mots tout simples. Toutefois, je n'ai jamais vraiment compris la signification de cette scène, du moins jusqu'à ce que j'apprenne la façon dont Hideo Kojima a été éduqué, et la tragédie qui a façonné la série que nous aimons tous.

La scène finale de Metal Gear Solid 4 est bien plus puissante qu'on pourrait le croire


Kingo Kojima, un pharmacien, a appelé son fils selon le nom le plus répandu parmi les docteurs qu'il a rencontrés. Il partait souvent en voyage d'affaire et il regardait beaucoup de films, un trait de caractère qu'il a transmit au jeune Hideo. « Je n'avais pas le droit d'aller au lit jusqu'à ce que le film soit terminé, ce qui est l'inverse de la majorité des autres enfants », se souvient Hideo. Kingo était un féru de littérature, un sculpteur et un artiste, bien que son plus grand regret concerne le fait qu'il n'ait jamais pu s'engager dans la marine. La guerre s'est terminée alors que Kingo avait quinze ans. Il avait la sensation d'avoir raté sa chance. « Mon père faisait des modèles réduits, comme des navires de guerre ou des châteaux » se rappelle Kojima. « Il disait "regarde-moi bien attentivement Hideo" et il prenait un feutre de couleur pour peindre les pièces qui liaient les murs de pierre qui entouraient le château. Puis, il repassait avec une peinture plus fine par dessus. "Tu devrais toujours faire de fines lignes noires comme ceci", disait-il. »

Hideo a hérité du souci du détail de son père, mais malheureusement Kingo est mort subitement quand Hideo était à l'école secondaire. « J'avais seulement 13 ans quand il est mort » dit-il. « C'était dur et j'ai souffert de la solitude, mais d'une certaine manière, cela a renforcé ma détermination à devenir cinéaste » explique Kojima. « Depuis, j'ai développé une sorte de complexe paternel. Tous les jeux Metal Gear ont eu des histoires paternelles, jusqu'à présent. Il est toujours question de tuer un père (rires). »

Kingo Kojima souhaitait s'engager dans la marine. Il grimpait sur les toits pour regarder les bombes tomber sur Tokyo, durant les raids aériens. Il était plein d'admiration pour les soldats, mais écœuré par la guerre. Alors que Hideo était encore petit, son père Kingo lui a montré un film anti-guerre : Nuit et Brouillard. « Cependant, ce n'est pas le genre de film qu'un enfant peut comprendre » raconte Kojima. « Il y avait un autre film, mais je ne me souviens plus du titre. Les États-Unis et l'Allemagne s'y battent. Alors que les pertes humaines s'accumulent, ils tombent à court de ressources. À tel point que les deux adversaires ne sont plus en mesure de continuer à se battre. Par conséquent, ils acceptent un cessez-le-feu pendant une journée. Moi, étant petit, je ne comprenais pas cela. S'ils pouvaient s'asseoir autour d'une table et discuter, pourquoi éprouvaient-ils le besoin de se battre au préalable ? C'est la question que je me posais. »

La scène finale de Metal Gear Solid 4 est bien plus puissante qu'on pourrait le croire


La scène finale de MGS4 gagne en gravité lorsqu'on la regarde à la loupe - Solid Snake et Big Boss réunis, et parallèlement Hideo Kojima et son père qu'il a perdu il y a plus de trente ans. Concernant les complexités monstrueuses de la série, Big Boss essaye de tout expliquer dans la scène finale : de la formation des Patriotes jusqu'à l'hypnothérapie d'Ocelot. Cette scène est un hommage complexe de Kojima à son père – et son propre clin d'œil aux thèmes du Gene, Meme et Scene abordés par la saga.

Sur la tombe de The Boss, Hideo Kojima rend un hommage ultime à l'héritage de son père avec l'aboutissement de sa série anti-guerre pleine de contradictions. MGS érige les soldats au rang de héros tout en condamnant la guerre, la dangerosité des combats, de la philosophie, des dogmes et des régimes. Dans la foulée, la saga se conclut avec un moment d'humanité tout simple, celui d'un fils cherchant à allumer le cigare tombé de la bouche de son père, pour ainsi perpétuer l'héritage et le privilège que lui a donné son paternel. Entre tous ces grands événements de l'histoire de l'Humanité et tous ces grands discours, le père et le fils trouvent le réconfort dans un moment de calme et de plaisir simple.

En 2014, mon propre père est mort à la suite d'une longue maladie qui s'est soudainement et rapidement aggravée. Durant les 18 mois qu'il nous restait à vivre ensemble, notre relation n'a pas vraiment été différente aux 39 ans que nous avions vécu jusqu'alors. J'ai bien tenté d'avoir ce type de conversation à propos des moments clés de notre vie qui valent le coup d'être discutées. Mais il la balayait toujours d'un revers de la main. Alors, nous parlions football, comme nous avions l'habitude de le faire. Ou alors, il me demandait comment allaient mes enfants. Il a toujours été tendre et attentionné, mais il ne se livrait jamais. Il gardait ses sentiments pour lui. Il me disait toujours « je te passe ta mère » lorsque j'appelais à la maison.

La scène finale de Metal Gear Solid 4 est bien plus puissante qu'on pourrait le croire


Quand la maladie de mon père a empiré, je me suis décidé à lui écrire une lettre dans laquelle j'écrivais tout ce que j'avais apprécié durant le temps que nous avions passé ensemble. J'expliquais la façon dont je vivais les grands choix dans ma vie - surtout ceux sur lesquels nous n'étions pas d'accord - et combien je l'aimais et je l'appréciais. La rédaction de mon email s'est terminée vers deux heures du matin. C'était un dimanche soir. J'avais décidé d'envoyer ma lettre dans la matinée du lendemain. À neuf heures, le lundi matin, ma mère m'appelait pour m'apprendre le décès de mon père.

Il serait facile de réfléchir à ce moment-là et de se mettre dans une sorte de tourment - et Dieu sait combien de fois j'ai relu cet email en me maudissant, et lui avec, pour n'avoir jamais dit toutes ces choses plus tôt. Mais en vérité, je crois qu'il les savait déjà. Ses actes révélaient toujours ses sentiments. Et je ne savais pas trop ce que La Conversation allait résoudre. Depuis lors, l'eau a coulé sous les ponts, et je ne regrette pas vraiment de n'avoir pu envoyer cet email. Mais merde ! Qu'est-ce que je donnerais pour passer ne serait-ce qu'un autre moment banal tous les deux. Une simple conversation sur les matchs du week-end avant qu'il ne me passe ma mère au téléphone. À côté de toutes les choses importantes à dire – de la formation des Patriotes à l'état du 20e siècle – c'était ça notre cigare qu'on se partageait, notre moment où nous arrêtions de réfléchir sur ce qu'on signifiait l'un pour l'autre... Et c'est précisément cela que je n'oublierai jamais.

En 2013, j'ai interviewé Hideo Kojima et je lui ai demandé à quel point les moments de la saga Metal Gear reflétaient ce qu'il ressentait, et si ces moments reflétaient ce qu'il souhaitait dire aux personnes importantes dans sa vie. Kojima marqua une pause, avant de reprendre avec un ton plus grave. « Au départ, je dirais que la réponse à cette question était oui. Je pensais à des personnes en particulier lorsque je créais un jeu et je voulais leur transmettre un message. Mais maintenant, ma façon de penser a changé. C'est le résultat de 25 années de création de jeux. Aujourd'hui, je voyage autour du globe et je rencontre de nombreux fans que je n'ai jamais vus de ma vie. Ils ne me connaissent pas, je ne les connais pas. Ce sont juste des fans. J'ai l'impression que je dois remplir un rôle pour eux, je le sens comme si c'était un devoir. »

Peu de temps avant que Big Boss ne murmure ses derniers mots, il s'excuse auprès de son mentor qui l'a quitté il y a 40 ans. « Boss... Tu avais raison. Il ne s'agit pas de changer le monde. Il s'agit de faire de notre mieux pour le laisser le monde... tel qu'il est. Il s'agit de respecter la volonté des autres, et de croire en la sienne. C'est pour cela que tu te battais. Enfin, je comprends la signification derrière ce que tu as fait. Enfin, je comprends la vérité derrière ton courage. Il est presque temps pour moi de partir. » Je pense comprendre le sens de cette scène finale. Enfin, je crois comprendre. C'est si bon, n'est-ce pas ? Metal Gear Solid V sera le dernier Metal Gear de Kojima - et j'espère bien profiter des derniers moments qu'il nous reste.

Un grand merci à Daniel Dawkins pour nous avoir permis de traduire son article « Why MGS4's final scene is more powerful than we ever realised » disponible en version originale sur gamesradar.com.


Extrait japonais de Metal Gear Solid 4.

Note de la rédac : Comme vous le savez, Akio Otsuka a prêté sa voix à Solid Snake dans la version japonaise de Metal Gear Solid 4. Quand à Big Boss, c'est Chikao Otsuka, le père de Akio, qui doubla sa voix. Ainsi, la scène finale de Metal Gear Solid 4 réunissait à la fois Big Boss et Solid Snake ; Chikao Otsuka et Akio Otsuka. Deux pères et deux fils se réconciliant à l'écran.

En effet, Akio et Chikao Otsuka était en froid à cette époque. C'est pourquoi, Hideo Kojima a souhaité que Chikao prenne part au projet afin qu'il se réconcilie avec son fils Akio. En janvier dernier, Chikao Otsuka est malheureusement décédé.


GamesRadar : Why MGS4's final scene is more powerful than we ever realised

13 Tags




6 Commentaires
chrys chrys
24/04/2017 � 16:13
Merci pour cet excellent article.
Bien que je trouvais cette scène finale importante et profonde, je n'avais pas cette lecture du rapport père/fils.
S0LIDUS SNAKE S0LIDUS SNAKE
11/09/2015 � 2:31
Honnetement d'avoir Big Boss qui sert la main de Snake et qui dit qu'il le respect en tant qu'homme et de vivre la fin de ses jours comme il le souhaite c'est la fermeture idéale à la série.

Snake qui a été sortie de la retraite plus d'une fois a droit à son repos avec ses amis, il a droit de finir sa vie non pas en soldat comme le reste mais en homme.

Un retour à la case départ avec le message de Naomi à la fin de MGS1 où elle disait à Snake de vivre sa vie, que peu importe combien de temps il lui restait, de le vivre comme bon lui semble. J'adore, ya plein de gens qui disent que Solid Snake aurait du se flinguer au final et bien que "fitting" je crois que Snake mérittait son repos, il méritait le respect que Kojima lui a donné en lui laissant la vie.

MGS4 est souvent critiquer pour son fan service, mais pour moi comme c'est la fin d'un idole (Solid Snake) c'est du solide.(pun intended) Vraiment comment voulez vous boucler la boucle d'une série de 10 volets et garder un semblant de sens.
ehab ehab
04/09/2015 � 13:21
pourquoi y en a qui doutaient que la fin de mgs 4 etait magnifique?beaucoup?bah c est qu il ont rien compris pour moi c est la meilleur fin que j ai vu d un jeux video et je compte pas la baston final brrrr des frissons!!! non la fin de metal gear est tout simplement magnifique.
PunishedSnake PunishedSnake
02/09/2015 � 4:32
Et merde je me rend compte que c'est une trad' d'un article donc mon com' précédant est caduque du coup xD

Bon me livrer un peu m'a fais du bien c'est déjà ça :D
PunishedSnake PunishedSnake
02/09/2015 � 4:27
Putain...

Je commente mais je n'est pas grand chose à dire hormis que se livrer comme tu l'as fais n'est pas un exercice facile,survivre à la mort d'un être cher est difficile , en parler l'est bien plus.

Pour te suivre un peu ; j'ai aussi perdu mon père des suites d'une longue maladie et comme Kojima , j'avais 13 ans. Je n'avais jamais vu la fin de MGS4 ainsi et ton analyse m'a quelque peu ouvert les yeux. J'ai toujours, et comme beaucoup d'enfants, vu mon père comme un mentor , malgré une fragilité dont nous sommes tous accusés dû à notre humanité ; Et je me rend aujourd'hui compte que la fin que j'ai partagé avec lui , un simple "Au revoir" quelques jours avant qu'il ne parte n'est pas important.Ça peut paraître bête de ne pas s'être rendu compte d'une chose aussi évidente avant , mais ce sont les instants de vie , les moments simples qui sont importants.Le début , la fin , tout ça n'a que peu de valeur par rapport au voyage qui fais le lien.Comme toi je voudrais un dernier cigare , une dernière discussion pseudo philosophique devant la télé , un dernier débat sur l'informatique aujourd'hui ou juste parler de musique une dernière fois.

J'aime pas me livrer ainsi , mais bon ton article m'a ravivé quelques souvenirs et je peux que te remercier...
sheen sheen
01/09/2015 � 9:10
Administrateur
-- Suite à la sortie officielle de Metal Gear Solid V : The Phantom Pain, les commentaires sont à nouveau activés. --



ajouter un commentaire � l'article
comment v1.0
Votre nom/pseudo :   *
Votre adresse e-mail :   *
(votre adresse e-mail ne sera pas affichée, c'est uniquement pour des raisons de sécurité)
Votre commentaire :   *
 
Metal Gear - Metal Gear 2 : Solid Snake - Metal Gear Solid - Metal Gear Ghost Babel - Metal Gear Solid 2 : Sons of Liberty - The Document of Metal Gear Solid 2 - Metal Gear Solid 2 Substance - Metal Gear Solid : The Twin Snakes - Metal Gear Acid - Metal Gear Solid 3 : Snake Eater - Metal Gear Solid 3 Subsistence - Metal Gear Solid Digital Graphic Novel - Metal Gear Solid Portable Ops - Metal Gear Solid Mobile - Metal Gear Solid 4 : Guns of the Patriots - Metal Gear Online - Metal Gear Solid Touch - Metal Gear Solid : Peace Walker - Metal Gear Solid : Snake Eater 3D - Metal Gear Solid HD Collection - Metal Gear Solid Rising - Metal Gear Rising : Revengeance - Fox Engine - Metal Gear Solid HD Collection Vita - Metal Gear Solid Social Ops - Metal Gear Solid V Ground Zeroes - The Phantom Pain - Metal Gear Solid V The Phantom Pain - Metal Gear Online (MGSV) - P.T. / Silent Hills - Metal Gear Solid 3 : Snake Eater Pachislot - Metal Gear Survive